Xavier Bertrand est né le 21 mars 1965 à Châlons-sur-Marne actuellement Châlons-en-Champagne,et est un homme politique fançais.
Député de la 2e circonscription de l’Aisne et adjoint au maire de Saint-Quentin, il est secrétaire général de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) depuis décembre 2008 et Agent d’assurance de profession.
Il effectue ses études universitaires à l’unité de formation et de recherche Droit et Science Politique de l’université de Reims Champagne-Ardenne, où il obtient une maîtrise de droit public, puis un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) d’administration locale.
En 1992,il mène la campagne pour le non au traité de Maastricht dans son département de l’Aisne. Il est adjoint au maire de Saint-Quentin dans l’Aisne en Picardie chargé de l’animation et du développement.
En 2003, Alain Juppé, président de l’UMP, le charge de mener le débat et d’expliquer la réforme des retraites au cours d’un  » tour de France », il est choisi comme rapporteur du projet de loi à l’Assemblée nationale.
En mars 2004, lors de la formation du gouvernement Raffarin III, il est nommé secrétaire d’État à l’Assurance maladie.
Xavier Bertrand remplace Philippe Douste-Blazy comme ministre de la Santé.
Son passage par le ministère est marqué par l’épidémie de chikungunya à la Réunion, par l’interdiction de fumer dans les lieux publics décidée en 2006, et la création d’un corps de réserve sanitaire pour faire face à une éventuelle crise en France ou à l’étranger.
Xavier Bertrand annonce le 29 novembre 2006 son soutien à Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle, et est nommé le 15 janvier 2007 porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy.Il quitte le gouvernement le 26 mars 2007, pour mener pleinement la campagne.
il est nommé ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité dans le gouvernement François Fillon en mai 2007.Suite à l’entrée de Patrick Devedjian au gouvernement, il est nommé secrétaire général par intérim de l’UMP en décembre 2008. Il quitte le gouvernement Fillon lors du remaniement en janvier 2009. Il est nommé à la tête de l’UMP le 24 janvier 2009, et retrouve son siège à l’Assemblée nationale.
Son appartenance politique est l’UMP.